LIVRES

Je viens de m’apercevoir que bizarrement je n’ai pas créé de rubrique concernant les livres traitant de l’étrange, que pourtant je dévore, donc voici pour la nouvelle année un nouveau dossier spécial ou je mettrai les ouvrages que j’ai bien aimé, que je compte acheter et lire sous peu, ou bien encore des nouveautés! Pour vous aider vous trouverez le lien direct de la boutique en cliquant sur l’image du livre.

Si vous avez des idées elles sont les bienvenues!

BONNE LECTURE !

51Ybwe1S2tL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_

Crickley Hall : une vieille demeure comme on n en trouve que dans les régions reculées de l Angleterre. Vaste et sinistre, elle a même l air un peu menaçant.
Lorsque Gabe et Eve Caleigh viennent s y installer avec leurs deux petites filles, ils espèrent y trouver la paix, et tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille.
Mais quelque chose ne va pas… Bientôt des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Les enfants sont les seuls témoins d étranges apparitions. Et, chaque matin, la porte de la cave est entrouverte alors qu on l avait fermée la veille.
Cette maison est le dernier endroit que les Caleigh auraient dû choisir. L’horreur qui les y attend dépasse tout ce qu ils pouvaient imaginer.
Oserez-vous affronter le terrifiant secret de Crickley Hall ?

———-

514VRTDNPPL._SL500_AA300_

Quand, pour la première fois, l’existence du Necronomicon – ce guide de l’Empire des Morts – fut révélée par Howard Phillips Lovecraft, dans une nouvelle écrite en 1922, l’émoi fut immense dans le monde entier. Les libraires furent submergés de commandes tandis que bouquinistes et antiquaires se mettaient fiévreusement en quête du mystérieux ouvrage. Mais il aura fallu attendre plus d’un demi-siècle après sa redécouverte par Lovecraft pour qu’une édition du Necronomicon soit disponible. Pendant ce laps de temps, une vive controverse ne cessa de rebondir entre les disciples du Pr S.T. Joshi, de la Miskatonic University (qui attribuaient l’ouvrage à Lovecraft lui-même) et les spécialistes des sciences occultes, convaincus de l’authenticité du grimoire. L’illustre écrivain Jorge Luis Borges faisait preuve, lui aussi, du plus total scepticisme jusqu’au jour où, par hasard, il mit la main sur un exemplaire poussiéreux du Necronomicon dans les rayons de la bibliothèque de l’Université de Buenos Aires… Accompagnée d’un appareil critique – préfaces, notes et commentaires -, cette nouvelle édition comprend également une postface de Joseph Altairac, directeur des Cabiers d’études lovecraftiennes (éditions Encrage), qui, sans prétendre résoudre cette énigme, apporte à ce débat une passionnante contribution.

———-

31XG-uWs78L._SL500_AA300_Voici un des livres les plus controversés sur la question difficile des Soucoupes Volantes. L’astronome amateur George Adamski a-t-il réellement rencontré, le 20 novembre 1952, aux États-Unis, un être descendu d’une Soucoupe Volante et affirmant venir de Vénus ? Ce livre, outre la relation d’Adamski, comporte une étude critique très approfondie de cette affaire extraordinaire par l’écrivain anglais Desmond Leslie.

Ce dernier se déclare convaincu de la sincérité d’Adamski qu’on n’a pas manqué d’accuser d’imposture et de truquage. En particulier, dit-il, comment George Adamski aurait-il pu avoir connaissance de la ceinture de radiations Van Allen, qu’il décrit, et qui n’a été « découverte » que par les premiers cosmonautes ? Et comment aurait-il pu faire mention, à l’époque, du phénomène des « lucioles » entourant les vaisseaux de l’espace, que les pilotes des cabines Apollo ont constaté ?

———-

519UN4LmAwL._SL500_AA300_Le livre culte du maître spirituel qui a nourri une génération d’auteurs phares, de Deepak Chopra à Eckhart Toile. Un enseignement aussi intemporel qu’universel, et plus pertinent que jamais.

La vie après la mort, la réincarnation, les rêves, la nature du bien et du mal, le processus par lequel nous créons notre réalité à partir de nos idées et de nos émotions – autant de sujets auxquels ce livre apporte un éclairage unique. Il dévoile des univers vertigineux que la physique quantique vient corroborer, nous invite à regarder vers l’intérieur pour accéder à d’autres niveaux de réalité, et à nous changer nous-même pour changer le monde.

Les livres de Seth sont particuliers, car leur auteur n’a pas de réalité physique. En effet, c’est dans un état modifié de conscience que Jane Roberts reçut mot à mot le message métaphysique dicté par «l’essence d’une personnalité non incarnée» se nommant Seth. Ainsi naquirent ces textes fondateurs qui, quarante ans plus tard, apparaissent comme la source d’où jaillit le mouvement des spiritualités nouvelles, au-delà des religions.

———-

51H4Kq5K7mL._SL500_AA300_Voici le début d’une saga à nulle autre pareille où prennent brusquement vie des mythes, dont seule la poussière soulevée par les archéologues avait jusqu’ici révélé quelques fragments. Il était donc une fois, bien avant Sumer, tout un ensemble hétéroclite de personnages – clones surdoués, prêtresses fascinantes et mystérieuses, souverains arrogants et autres dragons redoutables – ayant pour point commun, entre autres, d’avoir appartenu au passé d’avant la Terre des Hommes, et surtout de ne pas être issus de cette dernière, c’est-à-dire de venir d’Ailleurs. Or, qui étaient donc les Dieux Anunnaki des tablettes sumériennes ? Anton Parks nous propose ici sa vision des choses par le biais fort singulier d’une aventure intérieure, qui lui a permis de découvrir un corpus de connaissances qu’aucune érudition nantie de laborieuses recherches n’aurait pu lui offrir. De sa plongée – bien involontaire – dans les vestiges du temps, il nous ramène ainsi l’histoire de ceux qui ont en partie marqué l’humanité de leur patte indélébile : les dragons de nos contes de fées se voient ainsi directement liés à notre existence même. Est-il par conséquent envisageable que l’être humain soit véritablement une création artificielle ? Sans aucun doute, nous répond Anton Parks en nous assénant un argument impressionnant : les langues des hommes, bien loin d’être nées dans la bouche d’un improbable singe, tirent leurs racines d’un langage commun, un code linguistique, celui des Dieux, pas moins ! Et de nous le démontrer, preuves à l’appui : Chinois, Dogons du Mali, Hébreux, Germains, Grecs, voire les Hopis de l’Arizona – tous parlent d’une certaine manière une même langue…. Ce tome 1 des Chroniques du Gírkù ouvrira de vertigineuses perspectives à tous ceux qui ne se satisfont plus de biens pauvres conceptions de l’Homme et du Cosmos. Il est question dans ces pages de résolument secouer – et le mot est faible – nos cerveaux trop longtemps subjugués afin de nous redresser, pour embrasser enfin d’éternels horizons… Bonne route dans Le Secret des Étoiles Sombres, Lectrice ou Lecteur, tu débutes ici un voyage où rien ne sera plus comme avant…

———-

51mxUGgJkxL._SL500_AA300_Du fond des âges, d’immenses empreintes sur terre, d’impressionnants vestiges archéologiques, des traces de bouleversements et de cataclysmes à l’échelle planétaire, de mystérieux signes et écrits de toutes origines, tentent de nous délivrer un très pressant message… Graham Hancock, avec brio et maîtrise, assemble, pièce après pièce, un gigantesque puzzle regroupant les grands mystères du monde : les immenses dessins au sol de Nazca, les ruines mégalithiques de Tiahuanaco, les énigmatiques cartes médiévales de l’Antarctique libre des glaces, les pyramides d’Égypte et d’Amérique centrale et leurs corrélations mathématiques, les dieux blancs des Aztèques et des Incas, les troublantes et nombreuses versions du mythe du Déluge, l’âge multimillénaire du Sphinx pour n’en citer que quelques-uns. Mais dans ce livre duquel on ne peut s’arracher, Hancock ne se limite pas à cette captivante démonstration. Il propose, ni plus ni moins, une nouvelle et très convaincante approche de l’histoire des hommes depuis les commencements. D’après les historiens et les archéologues, la civilisation aurait émergé au Proche-Orient, il y a cinq mille ans… Battant en brèche ce dogme, Hancock se lance sur la trace des  » Dieux « , rescapés d’une civilisation originelle dont l’Antiquité, dans l’Ancien comme dans le Nouveau Monde, serait l’héritière ; une civilisation primordiale d’un niveau scientifique et culturel très élevé, anéantie des milliers d’années avant la construction des pyramides d’Égypte dans une catastrophe apocalyptique appelée, si l’on en croit la périodicité fixe des cycles cosmiques, à se reproduire le 23 décembre 2012…

———-

A suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :