EXORCISMES A NICE

24 06 2010

Eglise Saint-Jean-Baptiste à Nice. L’antre discret de l’exorciste diocésain. Le seul du département. Le Père B., qui ne veut pas que l’on écrive son nom, afin "de ne pas être harcelé", est l’unique spécialiste des phénomènes démoniaques autorisé à pratiquer le sacerdoce, gratuitement. Chaque semaine, de plus en plus de chrétiens viennent frapper à sa porte.

"J’ai pris les rênes du ministère de l’exorcisme en 2008.

A l’époque, on  n’avait même pas cinquante appels dans l’annéeexorcism. Maintenant, on en a plus de 500. On est débordé" soupire le chanoine âgé de 77 ans*, pourtant aidé dans sa tâche par une vingtaine de laïcs et de prêtres. Avant de rencontrer l’exorciste, les croyants doivent suivre un chemin bien précis.

Après avoir contacté le standard du ministère de l’Exorcisme, ils sont orientés vers la paroisse la plus proche de leur domicile. "Dans la majorité des cas, les gens sont juste stressés, ou atteints de troubles mentaux. Beaucoup d’entre eux vivent une sorte d’oppression psychique ou physique venant de leur mal de vivre. C’est notre mode de vie qui veut ça", glisse le Père B., un brin dépité.

Une cinquantaine de personnes atterrissent finalement dans le bureau de l’exorciste en question. "Avant de faire le moindre geste religieux, je décris les phénomènes à des experts, des psychiatres. Je fais une prière et je les aide à tenir le coup."

"Sors de ce corps, démon !"

emily8 Si la personne est vraiment victime d’une possession diabolique (force supérieure à ses capacités, langue inconnue et aversion virulente envers tous les signes religieux), le prêtre pratique alors le grand exorcisme, à huis clos. Un rituel plus simplifié que celui qu’on peut voir dans les films d’épouvante, puisque les prières de dédain et d’injures au démon ont disparu.

"Dans le diocèse, je suis le seul à connaître ce rituel. Je termine l’exorcisme par une formule impérative qui s’adresse directement au Diable. Je lui ordonne de s’en aller, je lui dis par exemple : “Sors de ce corps, démon ! ”".

Cette croisade contre le diable n’est pas sans risque pour celui qui a recours à l’exorcisme. "Ça provoque toujours un sentiment désagréable. Le démon peut se défendre, c’est un esprit supérieur. Ça peut causer des problèmes de santé. C’est pour ça qu’on demande aux gens de ne jamais interrompre leur traitement médical."

"Quand on m’a demandé de m’occuper de ce ministère en 2008, je vous avoue que je n’étais pas emballé", raconte le père B.. Mais ce qu’on fait est utile. L’Eglise s’est toujours occupé des pauvres. Mais là, c’est une autre forme de pauvreté. Ces gens-là sont isolés, en proie au désespoir. Et ce marasme touche tout le monde. Des médecins, des enseignants, des étudiants très intelligents."

*Membre du clergé

Source Sébastien Botella (sbotella@nicematin.fr)


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :